Méditation

Pour le Dalaï Lama, le but de la méditation est la maîtrise, la discipline et l’entraînement de l’esprit. Et, il affirme que pour progresser intérieurement, cet effort doit être quotidien et soutenu. Il ajoute également que la méditation sur le calme mental facilite la concentration et aide à comprendre que la nature des phénomènes est illusoire.

 

Pour Jon Kabat-Zinn :

« On pense généralement que la méditation est une activité particulière, mais ce n’est pas tout à fait exact. Méditer, c’est la simplicité même. Nous disons parfois en plaisantant :

-Ne fais pas n’importe quoi. Assieds-toi là.

Mais la méditation ne consiste pas seulement à prendre la posture assise. Il s’agit de faire une pause en étant présent. C’est tout. Le plus souvent, nous passons notre temps à courir dans tous les sens. Êtes-vous capables d’arrêter votre vie, même pour un seul instant? Pourquoi pas à cet instant-ci ? Qu’arriverait-il si vous le faisiez?

Un bon truc pour arrêter cette activité frénétique est de se mettre dans le «  mode de l’être » pour un moment. Se penser comme un éternel témoin, en dehors du temps. Observer ce moment sans essayer de changer quelque chose. Qu’est-ce qui se passe ? Que ressentez-vous ? Que voyez-vous ? Qu’entendez-vous ?

Quand on s’arrête, ce qui est étrange, c’est qu’on est entièrement dans l’instant présent. Les difficultés s’estompent. D’une certaine manière, c’est un peu comme si l’on mourrait pendant que la vie continue. Si nous mourions réellement, toutes nos obligations et nos responsabilités s’évaporeraient. Ce qui en resterait serait réglé sans nous. Personne ne peut continuer notre agenda personnel. Il s’éteindra avec nous comme pour tous ceux qui sont morts en pleine activité. Il n’est donc pas nécessaire de s’en préoccuper outre mesure.

Si ce que je vous dis est vrai, nous n’avons peut-être pas besoin de passer ce coup de téléphone tout de suite, même si nous en avons envie. Nous n’avons peut-être pas besoin de lire cet article maintenant ni de faire cette course. En prenant quelques instants pour « mourir délibérément » à la course du temps pendant que nous sommes encore en vie, en « donnant le temps au temps » comme on dit, nous libérons le moment présent. En « mourant » ainsi nous devenons, en vérité, plus vivants.

Voilà ce que « faire une pause » peut donner. Ce n’est pas un acte passif. Et quand on décide de repartir, la vie est plus intense, parce que l’on s’est arrêté. La pause rend le mouvement qui suit plus riche en densité et en intensité. Elle nous aide à avoir une meilleure perspective sur nos soucis et nos insécurités. Elle nous guide. »

 

Quant à lui, Arnaud Desjardins nous invite à observer ce qu’on peut trouver dans la méditation : «Ce que vous pouvez chercher de plus haut, de plus parfait dans la méditation est déjà là; et vous l’êtes déjà. Vous cherchez à découvrir en vous cette Réalité qui échappe à la durée, au changement, qui est invulnérable, indestructible, qui est votre essence et votre nature réelle. Il y a en vous une telle Énergie, une telle ressource de Force. Votre faiblesse vient de ce que vous fonctionnez mal et que vous ne pouvez pas utiliser cette énergie. C’est un océan absolument calme, mais très profond. Si vous êtes dans ce Silence, vous le sentirez à la fois comme absolument paisible et comme un formidable réservoir de Force. C’est une immensité d’Énergie, de Puissance, sans comparaison avec tout ce que vous avez connu de vous-mêmes jusqu’à aujourd’hui. Il n’y a pas de différence fondamentale entre ce qu’on appelle méditation et le courant de l’existence. La véritable méditation est celle qui s’inscrit et se poursuit toute la journée pendant que vous êtes actifs».

Et il ajoute : «La question réelle n’est pas le monde extérieur, c’est la pensée que vous en avez. La Libération, c’est la disparition de ces pensées, et non seulement la disparition de la pensée de non-Libération, mais même la disparition de la pensée de Libération. Ce qu’on appelle communément un «état de conscience supérieur», c’est un moment où les nuages se sont un peu dissipés et où nous avons découvert un peu de ciel bleu. Ces nuages, ce sont uniquement des pensées. Vous n’êtes prisonniers de rien d’autre que de vos pensées. Vous n’avez qu’un seul problème: un problème entre vous et vos pensées».

 

Fabrice Midal décrit la méditation de neuf (9) façons;

Elle ne repose sur aucune croyance, ni aucun dogme, mais sur la seule expérience / Elle est une quête beaucoup plus profonde que la simple recherche du bien-être / Elle nous aide à voir les choses telles qu’elles sont / Elle nous apprend à nous accepter tels que nous sommes / Méditer, c’est le contraire de ce que nous faisons quand nous regardons la télévision / Méditer, c’est découvrir comment célébrer le maintenant / Ni refoulement, ni défoulement : méditer consiste à s’ouvrir à ce qui est / Méditer, c’est apprendre à risquer la liberté et découvrir le pur amour / La méditation apprend à vivre avec un peu moins de soi et un peu plus de grandeur.