Asana

Asana

Si tout est sacré, le corps humain est sacré.

Walt Whitman

Les Asana sont le premier membre du Hatha Yoga, la première marche de ce voyage intérieur vers la connaissance et la maîtrise de soi.

Par contre, dans le Raja Yoga selon les huit étapes décrites par Patanjali, elles sont présentées après les Yama et les Nyama. Ce sont des comportements intelligents que l’on met en pratique dans notre quotidien et qui nous mettent en relation avec les autres et avec nous-même. Ces règles sont également à respecter lors de la pratique des Asana.  Comme toutes les pratiques de Yoga, les Asana visent à la fois un développement du corps, des émotions, du mental et du Divin présent en nous.

Physiquement, lorsque nous sommes dans une posture de Yoga, certaines parties du corps sont compressées, le sang n’y circule pas temporairement, et lorsque la posture est relâchée, le sang y circule alors de manière accélérée, nettoyant, purifiant, lubrifiant, éliminant les impuretés dans la partie concernée. Les Asana permettent d’atteindre toutes les parties du corps, y compris les organes internes.

Les Asana agissent également sur les glandes endocrines comme l’hypophyse, la thyroïde, le thymus, et ont un effet régulateur, ce qui influence non seulement la santé du corps mais aussi l’équilibre psychique. La stimulation de l’hypophyse et de la glande pinéale éveille à la vie spirituelle.

Dans les Asana, nous apprenons à être véritablement assis, stable et confortable, dans toutes les postures, dans une immobilité tranquille. Ce savoir-être, cette présence à soi, déteint naturellement dans tous les domaines de la vie.

Les Asana visent à mobiliser tout le corps. Les différentes familles de postures changent la biochimie corporelle normale et induisent ainsi diverses sensations et modifient nos états de conscience. Certaines tonifient, d’autres apaisent et nourrissent l’être sur tous les plans : physique, énergétique, émotionnel, mental et spirituel. Elles sont un gage de santé vibrante.

La pratique des Asana exige attention et dynamisme, afin de nous permettre d’explorer nos limites et de les repousser toujours plus, dans l’effort juste, allant vers l’effort sans effort. Pas à pas, les postures s’accomplissent pour libérer souffle, énergie et permettre la poursuite du voyage vers notre nature véritable et profonde.

L’aventure de s’installer physiquement dans une Asana est seulement une petite partie de ce qu’est le Yoga. Il faut plutôt laisser l’Asana nous révéler ce que nous sommes réellement.

Il suffit de laisser la sagesse du corps s’exprimer, écouter ce que le corps a à nous dire, à nous révéler. Ainsi, il devient possible de porter notre attention sur l’état intérieur dans lequel on se trouve, état qui se colore avec les sensations, les émotions et les pensées qui s’élèvent dans le mental et la conscience qui, d’instant en instant, change au gré des mouvements intérieurs.

Il faut porter l’attention sur ce que l’on ressent, sans jugement, sans attachement et sans indifférence. Cela nous permet d’entrer en contact étroit et intime avec qui nous sommes vraiment, laissant la place à l’énergie universelle Prana afin qu’elle circule librement à travers tout notre être. Et, il faut surtout laisser circuler cette énergie sans lui résister.

 

PadmaYoga - guerrier Virabhadrasana

Patrick Vesin

 

**********************************************************************************************************************

La posture …

et ses imperfections

Texte tiré du livre : « Approches de la méditation »

Chapitre 6 : Litanies pour un retour à soi-même.

Arnaud Desjardins, Éditions La Table Ronde

 

« …La posture n’est jamais seulement physique. Elle est toujours à la fois émotionnelle et mentale. En Inde, on enseigne « sarvam asanam », tout est posture. Un instantané photographique pris de nous dans une colère aussi bien que dans un éclat de rire montre une posture totale de notre être.

Si vous acceptez les imperfections actuelles de votre posture (qui vont se corriger peu à peu), vous prenez aussi conscience de certaines imperfections émotionnelles fondamentales de votre attitude générale dans l’existence : un manque de stabilité et de confiance en soi, une crispation dans le haut de la poitrine liée à la vanité et à la peur, le besoin de bouger, à la fois physique et mental, de celui dont on dit qu’il ne tient pas en place. Vous découvrez où sont vos affirmations prétentieuses, inutiles, où sont, au contraire, vos manques d’affirmation, votre peur d’Être, votre peur d’exister, de prendre la place que l’univers vous offre.

La beauté de la posture bien prise, l’assouplissement des jambes, la conscience du dos, une immobilité aisée ont leur valeur. Mais les imperfections de la posture ont aussi leur valeur pour vous permettre de mieux faire connaissance psychologiquement avec vous-même. Et dans cette immobilité, vous pouvez faire des découvertes précieuses : voilà ma manière d’être fondamentale qui se révèle trop effacée, trop affirmée, trop avachie. La vie ne peut pas être uniquement ni relâchement allongé sur un lit, ni tension et tendance à bomber le torse. Et, plus subtilement encore, grandira une perception totale de vous-même avec cet axe du dos si important dans toutes les traditions ascétiques et mystiques, la libre communication entre le ventre, les organes génitaux et le cœur, et faisant le lien entre les deux niveaux, le diaphragme. Les imperfections inévitables de la posture, au moins pendant les premiers temps de la pratique, doivent être acceptées comme un enseignement concernant votre attitude fondamentale dans l’existence, acceptées avec un réel désir de vérité, de connaissance de soi, sans interprétation du mental, sans regret, dans le seul amour de la vérité.  »

 

PADMAYOGA - Postures yoga Julie 123

Julie Woolgar

**********************************************************************************************************************

Origine des Asana

Dans les textes anciens, comme les Védas, on retrouve des indications. L’explication des attitudes n’était pas précise puisque l’enseignement se faisait de manière orale de maître à disciple. Il ne faut pas perdre de vue cette réalité de transmission orale car cela explique que, bien souvent, on retrouve des informations qui, à première vue, semblent contradictoires. Il faut se replacer dans le contexte de cette transmission orale où des indications ont été données dans un contexte précis en référence à une expérience et à un vécu particulier pour un individu donné.

D’après de vieilles légendes indiennes, le dieu Shiva aurait montré aux humains quelque 84,000 postures différentes afin de leur indiquer les exercices appropriés pour entretenir une bonne santé et une bonne vitalité et lui permettre d’atteindre un degré élevé de connaissance de Soi. D’une manière ou d’une autre dans la pratique des Asana, on recherche l’équilibre parfait dans chaque posture, équilibre qui se fait entre la force, la souplesse et l’immobilité.

 

Noms des Asana

Les noms des Asana n’ont certes pas été attribués à la légère et sont une profonde source d’enseignement. La plupart des Asana sont nommées à partir de noms d’animaux, de plantes et d’objets divers que l’on retrouve dans la nature.

Les Rishis ont découvert par leur observation soutenue de la nature comment les animaux sont des experts de la relaxation, par exemple. Ils ont ainsi compris combien les animaux vivent en harmonie avec la nature, avec leur environnement et avec la forme du corps qu’ils ont. Ils se sont surtout attardés à sentir comment les attitudes physiques de ces animaux pouvaient les aider à développer les qualités propres à chacun.

Les Sages qui ont établi ce système, l’ont défini en fonction du potentiel humain à développer. En effet, une des premières questions qu’ils se sont posées c’est : pourquoi sommes-nous ici sur cette planète, que sommes-nous venu réaliser durant une vie ?

À travers leurs propres expériences et leur pratique, ils ont compris le fonctionnement du corps humain. Ainsi, les effets de telle posture sur les sécrétions hormonales ou encore sur l’alignement des vertèbres apparaissent avec une évidence flagrante.

En imitant la posture du lapin, par exemple, ils ont remarqué que cela influençait le taux d’adrénaline dans le corps. L’adrénaline est responsable de la réponse au stress dans le mécanisme de défense de l’organisme ou de fuite face au danger. À travers cette imitation, les Rishis ont trouvé comment maintenir la santé et rencontrer les défis de la nature pour eux-mêmes.

Plus que de simples exercices physiques, les Asana placent le corps dans diverses attitudes extérieures qui cultivent une attitude intérieure comme la conscience, la confiance, la concentration. Ainsi, elles nous permettent de développer tout le potentiel des qualités qu’un être humain est en mesure de développer dans sa vie.

Bien sûr, cela passe par le développement d’une bonne santé physique, en massant, étirant et stimulant les canaux énergétiques du corps. Mais pour les Rishis, tous ces bienfaits sont des effets secondaires. Le plus important est de créer un véhicule capable de porter la conscience, de développer et d’ancrer les qualités de cette conscience.

Leur nom en sanskrit fait vibrer certaines parties du corps et éveille des mémoires.

 

Photo : Virginie Massip